Home>News

Les Échos : « Les Projets SMART CITY : Gadget ou création de valeur collective ? »

Les Projets SMART CITY : Gadget ou création de valeur collective ?
July 12, 2017
Smart City

À l'heure actuelle, il n'existe aucune méthode qui permette de calculer et de quantifier les impacts socio-économiques des projets Villes Intelligents. Relever ce défi est pourtant devenu indispensable pour trois raisons.

Des « villes pionnières » (Nice, Montpellier, Issy-les-Moulineaux), en passant par les villes qui consolident leurs démarches (Grenoble, Toulouse, Paris ou Rennes) jusqu’aux « collectivités engagées plus récemment » (Mulhouse, Chartres, Roubaix, Plaine commune…), un nombre croissant de villes françaises a déjà pris le tournant des villes intelligentes – villes qui utilisent les nouvelles technologies pour offrir de nouveaux services et se moderniser – en mettant en place des projets qui recouvrent des dimensions aussi diverses que la mobilité, l’environnement, le citoyen, la gouvernance, la vie au quotidien et l’économie.

Toutefois, la France reste en retard vis-à-vis de ses voisins européens, notamment parce que la grande majorité des villes françaises reste encore à l’écart de ce mouvement. Plusieurs raisons expliquent ce constat : un cadre juridique et administratif peu adapté, une transition culturelle lente, un manque de moyens et d’équipes dédiés, des finances publiques appelant à la parcimonie, mais aussi et surtout l’incertitude et le manque de visibilité quant aux impacts réels des projets, sont des éléments centraux qui expliquent l’hésitation des décideurs publics à se lancer.

« Smart city : gadget ou révolution ? »

Il est vrai qu’à ce stade, il n’existe aucune méthode fiable, pragmatique et partagée qui permette de calculer et quantifier les impacts socio-économiques des projets villes intelligentes. Relever ce défi est pourtant devenu indispensable pour trois raisons principales :

1. Pour anticiper : dépenser mieux dans un contexte de finances publiques contraintes

Avec la baisse des dotations des collectivités territoriales, on note une diminution drastique de l’investissement public local. Pour autant, cette contrainte financière forte présente l’avantage d’inciter les collectivités à mieux penser l’utilité à long terme de leurs investissements. Seuls les projets avec un fort rendement socio-économique pour le territoire doivent être lancés.

2. Pour aller au-delà du mirage « ville intelligente »

Parmi les promesses de la ville intelligente : création d’emplois innovants, locaux et durables, accélération de l’attractivité économique des territoires, une ville durable et peu énergivore, une ville « transparente » à la gouvernance participative…

Toutefois, toutes les promesses liées aux nouvelles technologies et au numérique ne deviendront pas forcément réalité. Chaque territoire français ne pourra pas attirer le futur Google, Airbnb ou Blablacar… ! L’évaluation socio-économique appliquée à la smart city permettra de prendre en compte les spécificités locales et d’aider les collectivités à mieux dimensionner leurs projets d’investissements.

3. Pour rationaliser et légitimer la décision publique

Face à l’essor de la démocratie participative, les élus locaux manquent parfois d’outils pour objectiver leurs décisions stratégiques, rassurer les administrés et ainsi sécuriser leurs choix. La sanction des élus par le vote peut constituer une menace poussant à l’inertie ou à la démesure. L’évaluation socio-économique des projets smart cities doit devenir un outil simple d’usage sans pour autant être permissif ; un vrai outil d’aide à la décision éclairée.

Si la smart city, le numérique et les nouvelles technologies peuvent constituer une vraie opportunité pour les territoires, il importe de prendre le temps de l’analyse et d’anticiper les impacts en amont de chaque projet. Pour cela, élaborer une méthodologie d’évaluation socio-économique propre aux projets de villes intelligentes constitue une priorité.

A propos de l'auteur

Dernières actualités

Découvrez le nouveau site web par OpenCitiz :
"Territoires Intelligents"